lundi 4 mai 2009

Ce dessin, c'est celui que vous pouvez voir sur la couverture du dernier livre que j'ai publié aux éditions de la nuée bleue avec Huguette Dreikaus.

On m'en parle, on me questionne, et j'avais envie de profiter de cette sortie (en vente dans toutes les librairies en Alsace et en Lorraine) pour commenter, régulièrement, sur mon blog, quelques-uns des dessins...

Commençons par la couverture.
Il montre deux élus qui se mordent. Le dessin illustre évidemment le titre "Petit Traité d'anthropophagie politique". A moins que le titre, pour une fois, ne commente l'illustration ?
Y a-t-il de l'anthropophagie en politique ? Ou autrement dit, les élus et les politiques se mangent-ils les uns et les autres ?
Ce dessin est un double clin d'oeil.
Un clin d'oeil, tout d'abord aux petites égratignures régulières auxquelles se livrent la majorité des politiques (pas tous, certes).
C'est aussi et surtout un dessin qui parle de cette obligation que le système français exige : à savoir qu'une élection, c'est forcément "tuer l'autre".

Bien sûr, si on va dans la nuance, bien des candidats et élus sont motivés par l'envie de faire ou de faire mieux. Mais globalement, admettons que le jeu et le système électoral finit trop inéluctablement à des combats sans pitié durant lequel la raison se perd dans les méandres de la volonté de gagner. L'autre a tort sur toute la longueur, quoi qu'il dise. On en devient idiot, mais peu importe, on doit se démarquer et se révéler l'exacte contraire de l'autre, quitte à, une fois élu, comme c'est souvent le cas, mener des réformes qui ne sont différentes de l'autre... qu'à la marge.

Vous l'aurez compris, mon propos est d'aspirer à une autre manière de faire de la politique. Une manière où on admet que l'adversaire peut avoir raison. Une manière où on essaie de construire des convergences plutôt que des divergences (divergences si souvent artificielles). Tout cela pour mieux faire apparaître les véritables différences, sur le long terme ou sur les valeurs, mais en tout cas, des différences plus essentielles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire