lundi 1 juin 2009

Dimanche, nous voterons

Encore quelques jours avant d'aller, toutes et tous, dans l'isoloir, pour déposer un bulletin dans l'urne.

Pourquoi aller voter ? Pour qui voter ?
J'ai le sentiment d'avoir déployé tout l'argumentaire dans cette campagne que je mène depuis plus de 2 mois.

A ce stade, j'ai très simplement envie de vous dire quelques impressions :

Sur l'abstention et l'engagement politique d'abord :

Le geste du vote est le degré 1 de l'acte citoyen. Le degré 0, c'est ne pas aller voter. Il est un minimum en démocratie... il n'est en aucun cas un acte accompli et complet. Mais que de peuples dans le monde aimeraient pouvoir glisser, comme nous, librement, un bulletin de vote dans une urne transparente ! On ne se rend compte du poids du droit de vote que lorsqu'on ne le possède plus et qu'on subit le joug d'un régime autoritaire.

Le degré 2 de l'acte citoyen, c'est de faire de la politique. Non pas forcément comme je le fais avec mes colistiers ou toutes celles et ceux qui sont candidats sur d'autres listes...
Il y a des centaines de façons de faire de la politique en réalité, car faire de la politique, c'est s'engager dans la vie de la cité, c'est donner son avis, défendre son point de vue publiquement, organiser des groupes de citoyens qui pensent comme vous pour défendre collectivement votre idée... et aussi, parfois, c'est avoir le courage de courir le risque de subir des représailles (heureusement, que, dans l'Histoire, ce courage a existé...). C'est avoir l'émotion de braver un fort pour faire valoir le droit du faible. C'est aussi, si on veut réellement s'inscrire dans le réel et la réalisation, avoir la sagesse de construire des majorités pour mettre en pratique ce qu'on a revendiqué. C'est tout cela, et c'est passionnant. C'est pour cela que nous votons, c'est pour cela que je fais de la politique.

Sur mon engagement sur la liste du mouvement démocrate :

Le sens de mon engagement aujourd'hui, il est d'abord et simplement celui de vouloir modestement améliorer le quotidien de tous. Cela semble être une porte ouverte que j'enfonce, et pourtant, ils sont nombreux, les candidats, qui n'ont (plus) cet objectif !
J'y ajoute évidemment que nos générations intègrent plus que jamais l'idée qu'à l'amélioration du quotidien des humains, s'ajoute celui de la planète sur laquelle nous vivons.

Il y a urgence à agir pour freiner la folie climatique et la disparition des espèces.
Face à l'urgence, il faut changer les moyens d'action.
Il faut viser l'efficacité dans l'action, préférer la recherche de solution à la dénonciation des problèmes, tenir compte du réel pour avancer, vouloir vraiment convaincre ceux qui ne le sont pas, offrir des horizons de sortie plutôt que se complaire dans l'impasse du catastrophisme.

Il est un temps pour tout.
Comme je le disais plus haut, la politique, c'est souvent, pour commencer, un regroupement de gens qui pensent la même chose et qui construisent un rapport de force. Mais ce doit être, au bout d'un moment, une sagesse de l'action.

Si l'action politique est un moyen et un outil pour mettre en application ses convictions, alors il faut préférer la construction de majorités d'idées à la revendication solitaire. J'ai de plus l'intuition que pour construire cette majorité basée sur le développement durable, nous nous accommoderont mal des anciens clivages. Je ne peux, en effet, que constater que des majorités nouvelles et fortes sont possibles sur le développement durable...
... et qu'elles sont en réalité empêchées par les anciens clivages.

C'est pour cela que j'ai fait le choix de m'engager, comme d'autres écologistes qui partagent avec moi cette forme de réalisme, au Mouvement démocrate. Mouvement neuf, ouvert plus que tout autre grand parti aux idées du développement durable, mouvement qui s'est donné tous les atouts pour ouvrir les possibilités de nouvelles majorités basées sur les idées et non plus les étiquettes.

Puissiez-vous convaincre autour de vous que le 7 juin, dimanche prochain, est un moment important pour donner du poids au point de vue de que je viens de développer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire