dimanche 9 janvier 2011

retard de l'Union européenne dans les écononomies d'énergie (suite)

Petite remarque complémentaire à mon précédent billet.

Quand Manuel Barroso pointe le retard des pays de l'Union en matière d'économie d'énergie, il pointe en effet une lacune importante des politiques énergétiques menées actuellement dans les pays de l'Union.

Je peux trouver une explication à cela dans l'exemple dont j'ai pris connaissance récemment et qui doit avoir son équivalent dans d'autres pays. Il s'agit de l'usage que font les français du prêt à taux zéro pour les travaux énergétiques (le bâtiment constituant plus de 30% de nos consommations énergétiques en France).
On se rend compte à regret que le remplacement des appareils de chauffage arrive en tête et que les travaux d'isolation des logements (qui devraient pourtant être prioritaires) ne constituent que le tiers de ces dépenses. Or, à quoi bon changer sa chaudière si on vit dans une passoire énergétique ? Tous les spécialistes le savent, dans l'ordre et l'efficacité, c'est d'abord l'isolation du logement qu'il convient de faire avant d'envisager le changement de sa chaudière.

Comment en serait-il autrement dès lors que l'essentiel des démarchages commerciaux des particuliers l'est par des opérateurs privés vendeurs de solutions énergétiques de chauffage (vendeurs de chaudières, vendeurs de pompes à chaleur, etc...)... et quasiment jamais par des opérateurs de solutions d'isolation. La chose est aggravée par le fait que le prêt à taux zéro ne peut concerner que les travaux faits par des entreprises et non ce que le particulier fait lui même. Or, autant il est difficile de s'improviser chauffagiste autant il peut s'avérer plus faisable de poser quelques dizaines de centimètres d'isolants dans ses combles, voire d'isoler quelques murs intérieurs.

Ceci est en grand tort du dispositif car l'isolation des logements est de loin l'opération énergétique la plus urgente car la plus efficace. La majorité des logements français sont en effet aujourd'hui peu ou pas isolés. Sans doute faudrait-il modifier les incitations en réservant le prêt à taux zéro aux véritables opérations d'améliorations thermiques des bâtis, voire, en plus, le rendre éligible à l'achat de matériaux quand le bénéficiaire envisage de faire certains travaux lui-même.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire