vendredi 25 février 2011

Le développement de l’énergie « solaire » en France est freiné par le gouvernement

Les projets d’arrêtés et de décret relatifs au photovoltaïque sont rendus après un gel brutal et préjudiciable des dispositifs de soutiens à cette filière.

Dans la méthode, pour tout soutien à une filière, si des ajustements peuvent s’avérer nécessaires, ce qui était admis par tout le monde, la méthode brouillonne du gouvernement d’agir en ce domaine depuis 2006, conclue par ce moratoire, ont gravement insécurité les investisseurs qui ont pourtant besoin de voir à long terme et qui ont pu à juste titre perdu confiance dans les pouvoirs publics français.

Les ajustements proposés maintiennent fort heureusement le principe d’un soutien public au photovoltaïque, mais de nombreux points restent aujourd'hui’hui insuffisants, et le labyrinthe réglementaire restera un frein.

Or, tout ceci ne peut faire fi d’une situation mondiale tendue sur le plan des énergies fossiles (pétrole et gaz principalement). A ce titre, le gouvernement français serait bien inspiré de prendre exemple sur ce que vient d'annoncer le gouvernement espagnol qui, au regard de la hausse du prix du baril, a décidé de réduire de 10km/h la vitesse sur autoroute et de baisser les prix des billets de train de 5%.

A moyen et long terme, le développement des énergies renouvelables et des économies d’énergie est donc de plus en plus une voie incontournable à propos desquelles toute hésitation est une perte de temps lourde de conséquence pour nous et les générations futures.

Les décisions prises ne garantissent donc aucunement l’avenir de cette filière qui devra bien davantage compter sur un contexte économique qui la rendra plus concurrentielle au regard de l’envolée du prix des autres énergies non renouvelables. Les énergies renouvelables en France connaîtront un avenir certain, pour des raisons économiques et non grâce aux pouvoirs publics.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire