vendredi 4 février 2011

L'industrie de l'énergie renouvelable est mort-née en France

Alors que la filière industrielle de l'énergie renouvelable démarrait avec grand retard en France, le leader du photovoltaïque hexagonal s'apprête à supprimer près de 50% de ses effectifs.

Il faut dire que le moratoire décrété sur le soutien au photovoltaïque par le gouvernement faisait planer ce risque sur cette filière. Si l'objectif était celui de tuer cette filière industrielle, il ne fallait pas agir autrement.

Bien sûr, il y avait un effet d'aubaine pour certains revendeurs, et il fallait revoir les dispositifs pour dégonfler une bulle qui grossissait au dépens du contribuable. Etait-il besoin d'agir aussi brutalement et sans précaution ? Ne pouvait-on ouvrir un processus avec des transitions progressives permettant aux filières de s'adapter aux nouvelles règles qui auraient pu être davantage sur le soutien aux industries et aux productions plutôt qu'au marché ?

Non, de toute évidence, il fallait mettre à terre cette filière naissante avant qu'elle ne prenne trop de poids, trop de part de marché sur ... sur quoi au juste et au nom de quoi ?

Bien sûr que la technologie n'est pas parfaite et doit encore s'améliorer. Mais le nucléaire était-il parfait à ses débuts et n'a-t-il pas eu besoin massivement de fonds publics pour son développement et son essor ? Quant aux énergies fossiles, plus loin de nous, les premières machines qui les consommaient sans retenues étaient-elles parfaites ? certainement pas. Et puis, qui oserait dire qu'un jour le photovoltaïque ou l'éolien pourraient causer la mort près de 4000 personnes du fait de l'explosion d'une unité de production ainsi que le fit la centrale nucléaire de Tchernobyl ? Arrêtons donc de charger aussi lourdement et malhonnêtement la barque d'une filière renouvelable à qui on ne veut pas donner sa chance.

Au travers de cette entreprise française de photovoltaïque qui périclite, la France est décidément sur une bien mauvaise pente en terme de politique industrielle, laissant, avec une totale irresponsabilité, chaque jour, la Chine, les Etats-Unis et maintenant l'Inde gagner un peu plus de parts de marchés dans cette industrie d'avenir.

Mais notre pays définit sa politique industrielle et énergétique sous influence et non dans l'intérêt du pays et des générations qui nous suivront. Et ceci depuis bien trop longtemps, tant sous la gauche, que sous la droite actuelle. Nos couloirs ministériels grouillent de ces réseaux issus ou proches de certaines filières "classiques" plus soucieuses de leur avenir immédiat que de celui de notre économie nationale.
Tel le Président de la République disant "l'environnement, ça suffit", on les devine tenir en salon un propos comparable : "le renouvelable, ça suffit" !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire