lundi 21 février 2011

Rapport de la Cour des comptes et énergies renouvelables

Le rapport annuel de la Cour des comptes pointe, comme chaque année, un certain nombre de dysfonctionnement et gabegies dans l'usage du denier public.

Force est de constater que les remarques faites sont rarement infondées, injustifiées et négligeables dans les montants épinglés.

L'utilité des travaux de cette institution est d'autant plus criante quand les manquements au bon usage de l'argent public sont constatés dans un contexte de déficit public abyssal.

Mais la force et la pertinence de leurs remarques n'ont d'égal que leur faible impact sur les auteurs des gabegies.

Incontestablement, une évolution des prérogatives de la Cour des comptes est aujourd'hui nécessaire afin que les recommandations aient un caractère plus contraignant même si ceci peut atteindre des politiques qu'on soutient. Car critiquer pour améliorer une politique n'est pas la condamner... bien au contraire. Par exemple, dans son rapport annuel, la Cour critique le financement des énergies renouvelables.

Loin de le remettre en cause, cette critique doit permettre d'améliorer l'impératif de soutien public aux énergies renouvelables.

Faire reposer le financement public des énergies renouvelables sur la seule consommation électrique est une question qui mérite en effet d'être posée.

Elle pourrait par exemple nous inviter à imaginer que les autres énergies non renouvelables telles que les énergies fossiles soient soumises à contribution pour le développement du renouvelable.

Ceci est d'autant plus souhaitable que les producteurs et distributeurs de ces énergies fossiles, tels TOTAL qui réalise un bénéfice de plus de 10 milliards de dollars en 2010, engrangent aujourd'hui des profits considérables, et reste, entre parenthèse, très ambigu sur ses projets de prospections de gaz bien peu durables dans nos sous-sols ou dans les grands fonds marins.

De plus, l'intérêt public à développer le renouvelable est précisément à des fins de réduction de notre dépendance aux énergies fossiles et la réduction des émissions de gaz à effet de serre dont sont précisément responsables les énergies fossiles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire