lundi 19 mai 2014

Pollution de l'air : mon intervention en Conseil de Paris sur le voeu du Maire.


Madame la Maire,

Chers collègues,

Je suis heureux de savoir que la lutte contre la pollution de l’air figure au rang de vos priorités. Telle n’avait pas été la teneur de votre programme au début de la campagne électorale… au contraire de notre propre équipe. Il aura fallu qu’un des plus grave pic de pollution fasse tousser comme jamais les parisiens en mars dernier pour que le sujet entre enfin dans le débat et fasse office de bilan de l’équipe précédente.

Je ne m’étendrai pas sur les raisons pour lesquelles nous devons considérer ce sujet comme étant LE sujet environnemental et sanitaire le plus préoccupant pour Paris. L’OMS et tous les corps médicaux l’ont rappelé : la pollution de l’air tue.

C’est donc, j’allais dire, « normal » de faire de ce sujet une priorité. L’inverse eut été choquant.

Et, à la lecture de ce vœu, Madame la maire, je veux vous dire « merci ». Je ne pouvais espérer meilleure validation de la justesse de nos propos et propositions pendant la campagne électorale. A votre manière, par ce vœu, vous admettez, et j’en suis ravi, que vous, au sein de l’équipe sortante au sein de laquelle vous avez joué un rôle de premier plan, aviez évidemment une part responsabilité sur ce sujet de la pollution de l’air. Vous venez d’ailleurs d’avouer qu’il faut arrêter de subir la pollution. Quel meilleur aveu de l’inaction passée. !

Or, vous avez passé la campagne à dire que vous n’aviez aucune responsabilité dans les pics qui se sont succédés. Vous alliez même jusqu’à chercher des responsabilités à un niveau national et gouvernemental. Oh, je vous l’accorde, on peut en trouver des responsabilités au niveau gouvernemental, surtout dans l’actuel gouvernement qui a, excusez du peu, renoncé à mettre en place des ZAPA, maintenu l’avantage fiscal donné au diesel, et patine sur l’éco-taxe dont nous aurions tant besoin pour financer les futurs transports en commun de Paris et sa région. Vous avez même été jusqu’à chercher quelque responsabilité du côté des Verts au Conseil régional d’Ile de France, accusés d’avoir favorisé les bus roulant au diesel. La colère de l’élu incriminé était alors bien justifiée.

Dans ce vœu, vous avouez en creux qu’il faut enfin faire ce que, au cours des 13 dernières années, vous n’aviez pas fait.

Par exemple, vous annoncez les ZAPA, appelées dans votre vœu « restrictions de circulation ». Dans la presse, je lis que vous continuez à ne pas vouloir appeler un chat un chat. Peu importe, les médias ne s’y trompent pas… il s’agit bien d’une ZAPA. La plupart des villes européennes ont ce système - pas très compliqué à mettre en œuvre - et qui peut aller à minima de l’interdiction des poids lourds les plus polluants et des cars de tourisme jusqu’à des extensions à d’autres véhicules jugés très émetteurs de particules fines.

Vous annoncez un peu plus loin votre volonté de supprimer une partie, une petite partie, des véhicules diesel du Parc de la Ville… c’est donc bien que vous n’aviez pas agi sur ce point jusqu’à maintenant.

Mieux vaut tard que jamais et l’important sera le résultat sur la qualité de l’air. Résultat veut dire, en préalable, « action ». Or, comme ce matin sur le logement, vous nous présentez un vœu qui, à ce que j’en sais, est plus généralement l’outil de l’opposition. Je n’oserais penser qu’en anticipation du Grand Paris qui en aura compétence, vous vous placiez déjà dans une posture d’opposition. Plus sérieusement, nous aurions apprécié une forme plus engageante.



Action, résultat, tout cela vous invitera à entrer au plus vite dans le concret… concret qui fait cruellement défaut dans ce vœu, à la fois sur l’échéancier d’actions et sur les moyens financiers mis en face.

Quelques exemples :

« Diminuer drastiquement la pollution » dites-vous. J’entends bien … ne pourriez-vous pas être un peu plus précis ? fixer un objectif de réduction du nombre de jours de pics … et descendre en dessous des 35 jours de dépassement d’ici 2020? un taux moyen journalier de pollution ?

« Augmenter l’offre et la qualité des transports en commun »… certes, mais quand je relis votre délibération sur le tramway au sujet duquel, s’il faut terminer les maréchaux, je vois avec inquiétude les coûts du reste de votre programme de tramway, notamment les liaisons inter-gares. Les difficiles finances de la ville additionnées aux recettes hypothétiques de l’éco-taxe devront nous imposer des choix et des priorités sévères pour lutter efficacement contre la pollution de l’air. Et je ne suis pas certain que la dépense la plus efficace contre la pollution de l’air passe par des investissements vers le tramway, un transport en commun très coûteux, comme vous le savez. C’est la raison pour laquelle, par prudence budgétaire, notre groupe s’abstiendra sur la délibération « tramway ».

Je vous invite d’ailleurs, la prochaine fois, à nous présenter un plan de financement global de votre action contre la pollution de l’air. Je ne doute pas qu’il apparaîtra dès lors que des arbitrages se révéleront nécessaires pour ne pas hypothéquer le financement des mobilités nouvelles telles que le covoiturage et l’autopartage, de l’amélioration des circulations à pied et à vélo, de la végétalisation, et de tant d’autres mesures.

J’ajouterai un mot au sujet du vœu déposé par le groupe UMP craignant que les futurs aménagements liés au tram ne signent, une fois encore, la coupe de centaines d’arbres. J’aurai l’occasion d’y revenir souvent durant ce mandat je pense. Je voudrais attirer votre attention sur la considération accrue que nous devons avoir à l’égard des grands arbres. Ne sous-estimons pas l’attachement des parisiens à ces grands arbres qui font partie du patrimoine parisien presqu’au même titre que bien des bâtiments célèbres. Ainsi, je ne vous l’apprendrai pas, dans le square Viviani, le vieux Robinier qui s’y trouve a été planté en 1601. C'est à dire qu'il a le même âge que le plus vieux pont de Paris, le bien mal nommé "Pont Neuf". Aussi vieux que la si jolie Place des Vosges. C’est le plus remarquable, mais il cache une forêt de centaines d’arbres parmi lesquels figurent ceux qui seront sans doute coupés dans votre projet. Un vieil arbre plus que centenaire qui est coupé ne peut être comparé à un ou même deux jeunes arbres plantés à sa place. Ni d’un point de vue esthétique, ni d’un point social, ni d’un point environnemental au regard du rafraîchissement qu’il procure lors des pics de chaleurs estivaux. J’espère vivement que les aménagements que vous ferez à l’avenir aura ce soucis qui, croyez-moi, n’est vraiment pas anecdotique.



« Des places de stationnement réservées à l’autopartage »… mille fois oui, c’est un mode de déplacement en devenir et moderne à soutenir avec force… mais choisissez la visibilité pour ces places de stationnements, pas la confidentialité dans des sous-sols des parkings.

Sur la circulation alternée, je vous remercie de reprendre cette idée que nous avions avancée qui consiste à éviter le plus rapidement possible l’aléatoire de la plaque paire et impaire, mais une sélectivité qu’une pastille verte apposée sur les véhicules les plus propres. Cette visibilité sur le pare-brise aurait d’ailleurs également le bénéfice de nous aider dans la mise en œuvre de la ZAPA que vous ne souhaitez dorénavant plus zapper.



Enfin, rebondissant sur le dernier paragraphe de votre vœu, je partage avec vous ce constat que demain, le grand Paris, qui aura compétence en matière de lutte contre la pollution de l’air, est, en effet, le bon échelon d’action. Il n’aura échappé à personne que la majorité y sera différente de celle de ce Conseil. Cela doit d’autant plus nous inviter, les uns et les autres, à être constructifs.

Je voudrais vous inviter à aller plus loin qu’une simple concertation. A la région Ile de France, les élus verts ont fait la proposition d’un Grenelle de l’air.

La vérité est que la résolution de ce grave problème de santé publique n’est pas simple. Vous admettrez que toutes les solutions ne sont pas dans ce vœu.

Je regrette par exemple que vous n’évoquiez pas le développement de la voiture électrique, au-delà de vélib, avec la pose de bornes de recharges.

Peu de mot sur le chauffage urbain, en grande partie responsable également de la pollution atmosphérique, ne serait-ce qu’en rappel d’une partie de ce que vous envisagez – à mon sens trop timidement – dans le champ de la rénovation énergétique des logements.

D’autres mesures, complémentaires, sont à imaginer. Toute l’intelligence de ce Conseil ne suffirait pas à en faire la liste. Je crois donc que, l’idée des élus verts du conseil régional d’Ile de France pourrait être reprise. Organisons un Grenelle de l’air qui dans les mois qui viennent mettra autour d’une même table toutes celles et ceux qui peuvent avoir une action pour réduire la pollution de l’air. Les institutionnels (Etat et collectivités locales) et les autorités organisatrices des transports certes, mais aussi des associations d’usagers des rues, routes et transports, des fédérations professionnelles, les employeurs et syndicats, et des énergéticiens. Il était sorti du Grenelle de l’environnement, notamment sous l’impulsion de Nathalie Kozsiuzko Morizet et Jean-Louis Borloo, un ensemble de mesures qui ont fait faire des progrès dans le domaine de du développement durable. Faisons le pari que de cette émulation et ce travail collectif, de nombreuses autres idées émergeront. Votre vœu ne liste pas tout ce qu’il est permis d’envisager pour réduire la pollution de l’air… Des engagements volontaires, des innovations précurseurs à tester, des organisations nouvelles au sein des entreprises….

L’emblême de la Ville de Paris est un bateau. Quelle belle image pour nous rappeler que nous sommes dans le même bateau, et que chacun d’entre nous doit souhaiter la réussite des actions à entreprendre. Les parisiens et les franciliens attendent de nous tous des résultats pour mieux respirer.

C’est la raison pour laquelle, malgré son caractère très généraliste, incomplet et trop peu engageant, par bonne volonté et pour encouragement, notre groupe approuvera ce vœu qui devra toutefois rapidement passer du vœu à l’action.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire