mardi 12 mai 2015

Un pacte régional pour l'Air


La pollution de l’air tue. On ne le répètera jamais assez, notamment dans une région comme l’Ile de France où tout est dense : l’habitat, la circulation, l’urbanisme. Et certaines données méritent une attention prioritaire :

- « Habiter près du trafic accroit les cas d’asthme »[1]

- 85 crèches, 125 écoles, 36 maisons de retraites, 66 hôpitaux sont à moins de 40 mètres d’un axe routier majeur et sont soumis à des dépassements permanents des normes de pollutions aux particules fines, au dioxyde d’azote et au benzène.
C'est notamment le cas de l'hôpital Robert Debré, situé dans le 19ème arrondissement de Paris directement en surplomb du périphérique. Nous avons observé cette situation hier, 11 mai, en compagnie de François Haab, médecin et conseiller de Paris, Maud Gatel, conseillère de Paris, Cédric Lecomte, adjoint au maire du 17ème arrondissement, Antoine Carette et Samia Brahimi.

- D'ailleurs, 75% de ces écoles, crèches et hopitaux sont situés à Paris.

La mobilisation contre la pollution de l’air est une donc une urgence pour les pouvoirs publics. Ce qui retarde la mise en œuvre des mesures nécessaires est évidemment l’impact économique et social. La Région isolément, tout comme la ville de Paris ou l’Etat peuvent prendre des mesures dans leurs champs de compétence. Mais ce qui sera efficace, c’est d’agir ensemble, dans la concertation et en ayant à cœur de poursuivre le même objectif.

Malgré l’appartenance au même parti, force est de constater que Jean-Paul Huchon, Anne Hidalgo et Manuel Valls n’ont en rien amélioré la situation.

Notre programme, demain, à la tête de la Région Ile de France, sera de proposer à tous les acteurs qui ont une part de responsabilité dans la pollution de l’air, un « pacte pour l’air ». Tous ceux qui ont une part de responsabilité, ce sont les pouvoirs publics précédemment cités : les communes d’Ile de France, la Région et l’Etat. Mais ce sont aussi les entreprises car elles possèdent près de la moitié du parc automobile, et parce que la plupart des déplacements sont faits pour faire des trajets domicile-travail. A ce titre, ce sont aussi les syndicats qui pourront contribuer à trouver les bonnes solutions. Enfin, ce sont les associations (de protection de l’environnement, de santé, d’usagers…).

Ce pacte, que nous construirons en utilisant du « Grenelle », aura pour objectif de lister toutes les mesures nécessaires et réalisables à court, moyen et long terme. Il définira qui devra travailler avec qui pour leurs mises en œuvre, assortissant chacune de ces mesures d’un calendrier et des moyens nécessaires pour sa mise en œuvre. Il comportera également une série d’engagements volontaires que chacun pourra prendre à son compte, collectivités publiques, entreprises, associations, particuliers.

La Région et objectivement le bon échelon pour coordonner un tel plan d’action régional pour l’air.

Yann Wehrling


 [1] Sabine Host, co-auteur d’une étude sur l’impact sanitairi de la pollution à proxilmité du trafic routier diffusée par l’Observatoire régional de la Santé d’Ile de France

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire